Le français au Québec et dans le monde

La perspective indépendantiste ne peut pas faire l’économie des conditions de la reconnaissance internationale du Québec en tant qu’acteur légitime et désirable auprès des nations qui jouissent maintenant de leur souveraineté. Sur ce point, les indépendantistes québécois s’entendent généralement entre eux, et ils s’entendent même avec les alter mondialistes qui adoptent volontiers une perspective cosmopolitique et qui réclament qu’en tant que citoyens du monde,  nous fassions notre part dans la résolution des problèmes qui découlent précisément de l’ordre géopolique qui sévit maintenant. Mais le consensus s’effritent lorsqu’il s’agit d’examiner plus précisément les conditions pour que le Québec puisse effectivement être reconnu dans le statut d’acteur à l’échelle internationale. Prenons par exemple, la question linguistique. Plusieurs québécois, incluant certains indépendantistes, pensent que la pérennité du français au Québec est une question strictement interne, qui, au mieux, n’a rien à voir avec la reconnaissance internationale du Québec,  et au pire, serait un obstacle à l’implication du Québec à l’échelle internationale (comme si l’insertion  du Québec dans un monde globalisé ne pouvait se faire qu’au prix d’une mise en veilleuse du français, même au Québec).

Ipso a voulu, au cours cette soirée débat, explorer un point de vue différent, selon lequel  la vigueur du fait français au Québec serait à la fois tributaire de la capacité pour ce dernier  de s’impliquer en français auprès des instances internationales et un atout pour le rayonnement du Québec dans l’espace international.

Animation : Jocelyne Couture, philosophe, membre du CA IPSO
Exposés d’une vingtaine de minutes suivis d’échanges avec l’auditoire :
Louise Beaudoin Élue à l’Assemblée nationale de 1994 à 2003 (dossiers Relations internationales du Québec), et chroniqueuse au Devoir et au carnet politique de l’émission 24/60 à RDI
Pierre Curzi Élu à l’Assemblée nationale de 2007 à 2012 (dossiers langue et culture) et comédien

Date : Le lundi 19 mars, à 19 h Lieu : SSJBM, Maison Ludger-Duvernay, 82, rue Sherbrooke Ouest (coin Saint-Urbain) Entrée libre.

Les dons volontaires sont les bienvenus.

Soirée-débat des IPSO du 15 janvier 2018

Si le Québec aspire à devenir un pays, il faut sans cesse remettre l’épaule à la roue et être en mesure de clarifier les positions véhiculées par les partis politiques au Québec. Une invitation à la Soirée-débat IPSO sur
             

Les conceptions de la nation et de l’État-nation des partis politiques

Animation : André Jacob Exposés de :
• Claudette Charbonneau, présidente de OUI-QUÉBEC
• Guy Lachapelle, professeur titulaire, Département de science politique à l’Université Concordia et Secrétaire général de l‘Association internationale de science politique
• Éric Martin, professeur de philosophie au CEGEP Édouard-Montpetit
• Gilbert Paquette, professeur, Département de science et technologie à Télé-Université, et ex-président des IPSO
Date et heure : le lundi, 15 janvier 2018, à 19 heures Lieu : Société St-Jean-Baptiste, Maison Ludger-Duvernay, 82, rue Sherbrooke ouest (coin St-Urbain) Entrée libre… mais les contributions volontaires sont appréciées
Pour renseignements : Ercilia Palacio-Quintin lesipsoquebec@gmail.com

Le prix Jacques-Parizeau décerné à Hélène Pelletier-Baillargeon

 

Monsieur Pierre Serré, président des Intellectuels pour la souveraineté (IPSO) annonce que le septième prix Jacques-Parizeau a été attribué à madame Hélène Pelletier-Baillargeon, en témoignage de « la qualité de son œuvre de journaliste et de biographe et sa contribution à l’histoire des idées au Québec».

Hélène Pelletier-Baillargeon a été membre de l’équipe de rédaction de la revue Maintenant dès sa création en 1962 et en a assumé la direction en 1973-1974. De 1974 à 1981, comme journaliste pigiste, elle publié des articles dans plusieurs périodiques, dont Le Devoir et La Presse. De 1986 à 1989, elle a rédigé une chronique hebdomadaire dans ce dernier quotidien.

À titre de biographe, elle est l’auteure de Marie Gérin-Lajoie : de mère en fille, la cause des femmes, publié par Boréal Express en 1985 et qui lui a valu le prix du Gouverneur général et le prix Maxime-Raymond de l’Action nationale, puis d’une monumentale biographie en trois volumes, intitulée Olivar Asselin et son temps, chez Fides en 1996, 2001 et 2010.

Monsieur Serré a rappelé que le prix Jacques-Parizeau, institué en 2011 par le conseil d’administration des Intellectuels pour la souveraineté, «vise à reconnaître l’apport d’un intellectuel pour ses contributions remarquées à l’avancement des connaissances ou des arts au Québec et pour ses prises de positions publiques insignes en faveur de la souveraineté du Québec».

Ipso

Colloque Annuel Des Ipso

Les Ipso vous invitent le samedi 10 juin 2017 à leur journée de colloque, Prix Jacques Parizeau et AGA.

La langue française, facteur d’intégration et de citoyenneté dans le contexte de la mondialisation

9h 15
Atelier 1 – La Loi 101, instrument de normalisation du statut du français ?

Le retour en force du français ? Tout y est sauf le courage politique!
Éric Bouchard, directeur général du Mouvement Québec français
L’enseignement de la langue seconde au Québec: un état des lieux
Frédéric Lacroix, militant
Comment le régime linguistique québécois des cinquante dernières années a déclenché un formidable mouvement d’anglicisation
Pierre Serré, Ph.D. sc. politique, chercheur indépendant
Interventions et questions de la salle : 30 minutes. Claude André, animateur
10h45 -Pause-café 11h00

Atelier 2
La citoyenneté québécoise et son rayonnement dans le monde

Langue française et santé et la sécurité des travailleuses et des travailleurs du Québec
Mireille Bénard, Adjointe au comité exécutif de la CSN, responsable du dossier linguistique
40 ans après la Charte, sous l’influence de la Mondialisation, est-il toujours possible de travailler en français ?
Nathalie Meunier, travailleuse et syndicaliste
Le Québec et les francophones qu’on ignore, les réseaux francophones.
Jean-Benoît Nadeau, chroniqueur et auteur
Interventions et questions de la salle : 30 minutes Claude André, animateur

3h30 à 14h00 – Remise du Prix Jacques-Parizeau 2017
a) Rapport du comité de nomination
b) Présentation du récipiendaire
c) Remise du prix Jacques-Parizeau
d) Mot du récipiendaire
e) Mot de clôture du président

8h30-9h00 Inscription
9h00 Ouverture par le président des IPSO Colloque annuel 2017

9h00-12h30 Colloque Annuel Des Ipso

12h30-13h30 Diner sur place – Prix : 20 $ (10$ pour les étudiants)

13h30-14h00 Remise du prix Jacques-Parizeau

14h-16h Assemblée générale annuelle des membres.

Lieu : Maison Ludger-Duvernay, Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, 82, rue Sherbrooke ouest

Pour communiquer avec nous : lesipsoquebec@gmail.com

affiche IPSO 10-06-17

Les quatre 10 : la Contre-commémoration 2017 des IPSO

Qui veut explorer et construire l’avenir doit commencer par faire sa marque dans le rôle de visionnaire du passé, en sachant distinguer dans les moments les plus opaques comme les plus prometteurs de celui-ci ce qui permet de projeter et d’édifier le nouveau souhaitable.

Le Canada peut bien célébrer en 2017 tous les anniversaires qu’il voudra, la tâche québécoise, elle, sera d’interroger les dates véritablement significatives rencontrées tout au long de son parcours historique par le peuple établi depuis 1608 sur les bassins versants du Saint-Laurent, ces étapes qui le conduiront à bien identifier la trajectoire suivie ainsi que celle à privilégier dans les temps à venir.

Les débats organisés par les IPSO en février et avril prochains visent à déterrer la matière première enfouie dans ces moments charnières de l’histoire québécoise. Les intervenants s’affaireront à récupérer ce qui peut être utile à la construction du Québec de demain. Développer une compréhension lucide de ce qu’on a vécu mais aussi de ce qu’on a voulu vivre ouvre la voie à la maîtrise de ce qu’on sera.

Certains événements phares du passé québécois, tenus pour fort connus, n’ont guère été traités avec toute l’attention qu’ils méritaient. La vérité n’est pas particulièrement ce qu’on a préféré croire, feint de croire ou été amené à croire. Elle loge rarement par ailleurs dans le discours idéologique dominant affiché par les États qui furent des vainqueurs faciles à des périodes spécifiques de leur histoire et qui se contentent ensuite de se complaire dans leur autosatisfaction et leurs certitudes.

Ce qui sera offert à un nouvel examen lors des débats proposés par les IPSO, c’est le Québec fondamental, au regard de ses carcans, de ses forces, de ses espoirs, de ses possibles. La commémoration par l’État canadien du 150e anniversaire de l’Acte de l’Amérique du Nord Britannique est en comparaison de peu de portée.

Voilà pourquoi, si on veut revisiter un passé qui a pesé lourdement mais qui se révèle aussi porteur virtuel d’un avenir émancipé, il vaut mieux participer à nos deux soirées où le réel pourra être sérieusement sondé.

Les deux débats en question seront centrés sur quatre journées qui ont laissé leur empreinte sur le Québec. Quatre 10 du mois, où quelque chose de crucial s’est joué et se joue toujours. Il s’agit du 10 février 1763 (Traité de Paris), du 10 juin 1791 (Acte constitutionnel créant le Bas-Canada et lui conférant une assemblée délibérante), 10 mai 1823 (la grande pétition contre l’Union) et 10 février 1841 (la mise en place du Canada-Uni, en fait du Canada tout court).

Que signifie pour la nation québécoise d’aujourd’hui le 10 février 1763 ? Faut-il continuer à pleurnicher à l’évocation de cette date ? Elle inclut peut-être en elle-même sa propre potion magique d’auto-guérison, son propre remède caché.

L’Acte constitutionnel de 1791 est conditionné par certains des évènements historiques les plus déterminants jamais advenus en Occident : les révolutions américaine et française notamment. Les conséquences démographiques sur le Québec de la première ont dessiné la ligne de vie du pays laurentien pour longtemps.

Les pétitions de la plus sombre époque de notre histoire, les décennies 1820, 30 et 40, en particulier la grande pétition déposée par Papineau et Neilson au parlement de Londres le 10 mai 1823, enregistrent avant 1867 la volonté ferme des Québécois concernant l’avenir qu’ils désiraient.

L’insatisfaction engendrée par un nouveau statut (l’Acte d’Union) imposé de force le 10 février 1841, lequel a été rénové mais tout aussi naturellement prolongé par l’AANB de 1867, se fait toujours entendre depuis dans le malaise politique perpétuellement reconduit du Québec.
Voilà un aperçu rapide des questions que soulèvent les quatre 10. Les IPSO invitent tous et toutes à venir entendre nos panélistes faire parler notre histoire haut et fort.

Jean-René Plante, membre du CA des IPSO, responsable de la Contre-commémoration 2017 et Pierre Serré, président des IPSO.
Soirées débats des IPSO les mardis, 7 février et 4 avril 2017, au 82 Sherbrooke ouest, à 19h.

Lien Facebook de l’évènement : https://www.facebook.com/events/1726333384362840/