Les jeunes souverainistes, majoritairement engagés dans l'avenir du Québec PDF Imprimer Envoyer
Actualité - Activités des IPSO
Communiqué de presse
Conclusions d'une soirée-débat des IPSO

Montréal, mardi 8 février 2011 – Réunis pour leur troisième soirée-débat de l’année, les Intellectuels pour la souveraineté (IPSO) ont attiré hier soir une audience large et diversifiée. Plus de cent personnes se sont réunies dans les locaux de l’UQÀM pour participer aux discussions sur les jeunes Québécois et l'actualisation du projet de pays.

À l’issue de ce rendez-vous, le Président des IPSO, M. Gilbert Paquette, s’est félicité de la réussite de ce rendez-vous : « Cet événement a été un franc succès et nous le devons en grande partie aux jeunes. Leur présence et la qualité de leurs interventions nous a permis de démontrer que l’indépendance est un sujet qui continue de susciter l’enthousiasme. D’ailleurs, des sondages récent montrent que la majorité des jeunes sont souverainistes, contrairement à ce que certains véhiculent. »

Réunir la famille souverainiste au-delà des partis

Pour cette soirée-débat, les IPSO avaient convié Joëlle Quérin, sociologue et chercheure de l’Institut de recherche sur le Québec, Philippe Jean Poirier, écrivain, codirecteur du collectif Identité Québécoise, Émilie Guimond, responsable de la Commission nationale des femmes de Québec Solidaire, Simon-Pierre Savard-Tremblay, président du Forum jeunesse du Bloc Québécois et Christine Normandin, présidente du Comité national des jeunes du Parti Québécois. La complémentarité de leurs interventions a démontré que l’union des souverainistes était fondamentale pour le renouveau du mouvement indépendantiste. M. Gilbert Paquette a ainsi réaffirmé que les IPSO travaillent déjà depuis plusieurs années en faveur de cette « convergence souverainiste ».

Actualiser le débat pour consolider l'appui au projet chez les jeunesconférenciers

En appui aux commentaires de M. Paquette, Vladimir de Thézier, membre du Conseil d’administration des IPSO et organisateur du débat, a noté la grande curiosité de ces jeunes, de toutes origines, venus en nombre. « Piquer la curiosité des jeunes Québécois d’aujourd’hui est un défi pour nous : ils vivent une réalité complètement différente des générations précédentes. » Il relève qu’ils « n’ont connu ni discrimination systématique ni grandes batailles entre anglophones et francophones, pas plus qu’ils n’ont été témoins de la crise d’Octobre ni eu la chance de voter au référendum de 1995. » Malgré tout, un sondage CROP de 2006 montrait une solide majorité chez les jeunes au projet de pays du Québec, ainsi qu’une progression de cet appui chez les jeunes allophones.

M. de Thézier a donc conclu cette soirée en rappelant qu’il faut aider les jeunes à sortir d’une certaine « solitude politique ». « Le projet de pays actualisé, a-t-il indiqué, est extrêmement enthousiasmant, dès lors qu'il intègre certaines des préoccupations politiques des jeunes, et que nous réussissons à dissiper l’hyperindividualisme ambiant. »

 
À vous d'agir!
Adhésion
Dons
 
Infolettre
Recevez nos invitations aux colloques et soirées-débats
 
 
 
Facebook  Twitter  Wikipedia  TagTélé  Rss
Logo des IPSO

2207, rue Fullum
Montréal (Québec) H2K 3P1 (plan d'accès)
Tél : +1 486-763-8523
Contacter les IPSO

http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/ Plan du site | Version mobile